Dieu me déteste, Hollis Seamon

Publié le 16 Septembre 2015

Dieu me déteste, Hollis Seamon

New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu'il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d'embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302... Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves. Jusqu'à jouer son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort... Ode explosive à l'adolescence et à l'amour, défiant la maladie et ses clichés, ce roman bouleversant offre une leçon d'humour ravageuse et une extraordinaire leçon de vie.

 

« Piouffff !!! Quel roman !! » Et j’ai caressé la tranche du livre avec affection.

 

Voilà en somme comment ma lecture s’est achevée tard dans la nuit. J’ai littéralement dévoré ce roman dont le souffle puissant m’a happée. Pourtant, au début, je n’étais pas enthousiaste du tout. Je me disais que c’était encore un énième roman sur la maladie, que les descriptions seraient pleines d’empathie à la limite de la pitié et que les personnages seraient encore une fois misérables. Et bien NON !! Une fois passées les premières pages, je me suis totalement laissée portée par l’histoire et surtout par le ton du personnage principal, Richard Casey.

 

Ce qui est étonnant de prime abord est le ton utilisé. Le roman est écrit à la première personne, c’est donc Richard qui nous livre son histoire, et avec le vocabulaire d’un adolescent. Je ne suis pas friande en général de ce style mais là j’avoue que toute la puissance de l’histoire vient de là et de la personnalité de notre jeune héros. Le ton est franc, sans concessions, tranchant, parfois un peu vulgaire. La voix de Richard nous livre tous les événements avec honnêteté et sincérité. Et, surtout, ce qui m’a plu, c’est qu’il ne s’apitoie pas sur son sort, bien au contraire, son énergie est surprenante. Ce roman est une ode à la vie, à sa beauté, à sa cruauté… Jamais, Richard ne tombe dans le misérabilisme. Sa force est incroyable.

 

J’ai beaucoup aimé les personnages du roman et en particulier les deux adolescents, Sylvie et Richard. Ils peuvent donner des leçons à tout le monde tant leur force est incroyable. Ils ont tous deux un appétit pour la vie incroyable et insaisissable. Les adultes et les parents sont plus en retrait. Ils sont corsettes soit par la peur et le chagrin soit par leurs responsabilités de personnel médical. Ils ont les réactions logiques face aux événements. Toutefois, il faut dire qu’ils en voient de toutes les couleurs avec les deux sales gosses !

 

Malgré la noirceur du thème abordé je soulignerai aussi la bouffée d’espoir qu’il donne. C’est un superbe roman sur la maladie, la mort, l’hôpital mais pas que. C’est aussi un beau roman sur l’envie de vivre et d’y croire coûte que coûte.

 

Un coup de cœur ♥

Rédigé par Laurinouchka

Publié dans #roma, #Coup de coeur

Repost 0
Commenter cet article